Accueil du site > Actualités > A la Une > > Table ronde de la Société d’Histoire Moderne & Contemporaine "Le métier d’historien à l’ère numérique : nouvelles pratiques, nouvelle épistémologie ?", ENS (Paris), 12 mars 2011.

A la Une

envoyer l'article par mail title= envoyer par mail Version imprimable de cet article Version imprimable Augmenter taille police Diminuer taille police

Table ronde de la Société d’Histoire Moderne & Contemporaine "Le métier d’historien à l’ère numérique : nouvelles pratiques, nouvelle épistémologie ?", ENS (Paris), 12 mars 2011.

En quoi les outils numériques changent-ils notre manière de travailler ? Il ne s’agit pas ici de revenir sur les rapports entre informatique et histoire, mais bien plutôt de s’interroger sur la manière dont cet outil nouveau qu’est l’ordinateur-portable-relié-à-internet a révolutionné le métier d’historien, depuis moins de vingt ans.
Bien souvent, le discours épistémologique sur l’histoire travaille à partir des notions d’objectivité et de critique historique, et s’interroge sur les rapports entre l’histoire et les autres sciences sociales ou humaines, les temporalités de l’histoire, ses acteurs, etc. Or ce discours ne dit rien d’une vaste palette de pratiques qui se sont immiscées dans le quotidien de la recherche en histoire comme dans les autres sciences humaines et sociales. Alors même que les équipements informatiques, les programmes publics ou privés de numérisation, ou l’utilisation des moteurs de recherche internet dans les salles de cours, s’imposent comme les grands enjeux de la réflexion publique sur l’enseignement et le recherche de demain, l’épistémologie historique discute fort peu de ce que des technologies informatiques, aussi universellement répandues qu’inégalement riches et performantes, ont fait aux manières les plus concrètes de travailler, de collecter l’information, de se l’approprier, de la communiquer ou la transmettre, mais aussi de construire et de représenter les résultats de la recherche. Elles ont aussi redéfini les catégories mêmes et les lieux qui structuraient le travail de l’historien(ne), tels que l’archive, la salle de cours, la revue, ou la bibliothèque. Ces nouvelles pratiques nécessitent-elles de repenser les fondements épistémologiques la discipline historique ? En quoi ces nouveaux instruments modifient-ils les formes de l’écriture de l’histoire et les conditions de production de la vérité scientifique ?

Invités :
Eric Brian, historien (EHESS), spécialiste de la sociologie des pratiques scientifiques
Bruno Latour, sociologue, directeur scientifique de Sciences Po et du Médialab
Pierre Mounier, directeur adjoint du Centre pour l’édition électronique ouverte (CLEO / Revues.org)
Jean-Luc Pinol, historien (ENS Lyon), directeur du TGE Adonis du CNRS
Yann Potin, archiviste et historien (Archives Nationales)
Émilien Ruiz, animateur de La boite à outils des historiens (EHESS [http://laboiteaoutils.blogspot.com/]

Horaire et lieu
9h-13h30 (avec pause café-croissants)
ENS, salle Dussane, 4 rue d’Ulm, 75005 Paris (RER Luxembourg)

Revue d’Histoire Moderne & Contemporaine :
rhmc1899@yahoo.fr
rhmc @ens.fr

Rédaction : RHMC, bureau 114
56 rue Jacob, F-75006 Paris
Télécopie : 01 58 71 71 96
http://www.cairn.info/en-savoir-plus.php?ID_REVUE=RHMC

Sommaires, commandes, abonnements :
www.editions-belin.com
www.cairn.info (accès RHMC en ligne)
Éditions Belin, 8 rue Férou, 75278 Paris cedex 06, France.

Citer cet article : https://histoiredesmedias.com/Table-ronde-de-la-Societe-d.html