Accueil du site > Actualités > Soutenances de thèses > Sociologie d’une position patronale : dirigeant de médias

Soutenances de thèses

envoyer l'article par mail title= envoyer par mail Version imprimable de cet article Version imprimable Augmenter taille police Diminuer taille police

Julie Sedel : Sociologie d’une position patronale : dirigeant de médias

Habilitations à diriger des recherches de Sociologie. Soutenance le 12 décembre à 13 heures, salle Afrique, Maison des sciences de l’Homme, 5, allée du général Rouvillois, 67000 Strasbourg.

Membres du jury :
Vincent Dubois, Professeur de Sociologie, Université de Strasbourg (garant)
Marie Buscatto, Professeure de Sociologie, Université Paris 1 (rapporteur)
Éric Darras, Professeur de Sciences politiques, Institut d’études politiques de Toulouse (rapporteur)
Odile Henry, Professeure de Sociologie, Université Paris 8 (rapporteur)
Denis Ruellan, Professeur de Sciences de l’information et de la communication, CELSA

Les dirigeants des médias d’information jouent un rôle central dans la chaîne de production de l’information. Ce patronat économique, intellectuel, journalistique est impliqué dans les décisions stratégiques, économiques et éditoriales et cristallise les rapports de force au sein et à l’extérieur des institutions médiatiques. Pourtant, si la sociologie a produit une littérature féconde sur les élites économiques (Pavis, Garcia-Parpet, 2007 ; Joly, 2007 ; Dudouet, Grémont, 2007), politiques (Genieys, 2011), étatiques (Birnbaum, 1977, Bourdieu, 1989), culturelles, intellectuelles et artistiques (Bourdieu, 2013), les médias d’information ont été écartés des terrains d’enquêtes. Les rares études sur ce secteur s’intéressent aux journalistes jouissant de prestige et de notoriété (Rieffel, 1984 ; Santos-Sainz, 2006), exceptionnellement aux “cadres-dirigeants” (Leteinturier, 2000), aux administrateurs et “ managers ” (Dagnaud, Mehl, 1990). Une division du travail académique laisse en partage la direction des entreprises médiatiques aux spécialistes des sciences de gestion et la direction éditoriale aux sociologues. L’objectif de ma recherche consiste à saisir, au prisme des états-majors des médias à diffusion nationale, les transformations de ce secteur sous l’effet des mutations capitalistiques, technologiques, sociologiques. Ces mutations sont au principe d’une complexification de l’organisation du travail en raison des injonctions économiques dont le groupe des dirigeants s’est progressivement fait le relais. Cette réorganisation du travail de production de l’information se traduit par une redéfinition de la hiérarchie des « compétences » et savoir-faire qui met en évidence une hétéronomie croissante du secteur, ce que confirment les modalités de sélection des dirigeants et leurs profils. L’analyse des principes de hiérarchisation de l’espace de la production de l’information et des carrières des patrons de médias révèle la proximité des médias aux différents champs (politique, économique, intellectuel, journalistique). La direction de médias constitue ainsi un « espace carrefour » à l’intersection des grands groupes privés, du journalisme et de l’édition, de la haute fonction publique et des cabinets ministériels, du monde intellectuel, universitaire et de la culture, du champ politique et des instances de régulation. Pour démontrer cela, ma recherche croise différentes méthodes et matériaux : une recherche prosopographique et statistique portant sur quatre-vingt-treize dirigeants de médias nationaux en poste en 2016, quarante entretiens auprès de dirigeants en exercice ou ayant quitté leur fonction, des recherches dans trois fonds d’archives permettant d’inscrire ce groupe dans une dynamique longue et de saisir ses transformations, l’analyse de la littérature journalistique existante.

Citer cet article : http://histoiredesmedias.com/Sociologie-d-une-position.html

Autres soutenances