Accueil du site > Actualités > Recensions d’ouvrages > Propagande et opinion publique > Ouvrage : Michael Palmer, Quels mots pour le dire ? Correspondants de guerre, journalistes et historiens face aux conflits yougoslaves (L’Harmattan, 2003). Recension par Isabelle Veyrat-Masson.

Recensions d’ouvrages

envoyer l'article par mail title= envoyer par mail Version imprimable de cet article Version imprimable Augmenter taille police Diminuer taille police

Ouvrage : Michael Palmer, Quels mots pour le dire ? Correspondants de guerre, journalistes et historiens face aux conflits yougoslaves (L’Harmattan, 2003). Recension par Isabelle Veyrat-Masson.

Michael Palmer avec toute l’érudition, qu’on lui connaît, dans un fourmillement d’informations inédites et de remarques originales nous propose un ouvrage sur la couverture médiatique du conflit yougoslave entre 1989 et 2001. À l’occasion d’un des conflits les plus longs et les plus graves survenu sur le sol européen depuis 1945, l’auteur cherche à « croiser temps long et temps court, espaces de la communication-monde et espaces limités à tant de mots, de signes, de secondes pour « raconter ce qui se passe ». » Jouant avec les mots comme avec les correspondances dans les faits et dans le temps, Michael Palmer nous propose tout d’abord de savants retours en arrière sur les journalistes et sur l’histoire la plus reculée pour nous présenter une perspective permettant de réfléchir sur le présent. Il s’agit d’étudier quels sont les « mots pour dire » le conflit.

Dans une deuxième partie, il entre dans le cœur de son sujet. Il étudie la manière dont les agences et les médias occidentaux ont couvert la guerre du Kosovo. Michael Palmer rappelle qu’il s’agit alors, plus que tout, d’informer dans l’urgence. Les agences de presse, les transnationales de l’information comme Reuters, CNN et les diffuseurs d’images d’actualité sont particulièrement bien adaptés pour cette tâche. L’ouvrage analyse les mots, les dépêches, les images ayant servi à couvrir cette guerre. La bibliographie américaine et anglaise utilisée est particulièrement riche et la qualité des notes nous montre le travail considérable fait ici pour rendre compte de cet exemple de « géocommunication » de l’urgence. Ce livre montre également comment journalistes et correspondants, essentiellement témoins et narrateurs, se transforment en historiens.

On l’aura compris, ce livre foisonnant apporte à ceux qui ont l’audace de s’y plonger des mines d’informations et de pistes de réflexions.

Isabelle Veyrat-Masson

Recension publiée dans Le Temps des médias, n° 4, printemps 2005, p. 275.

Citer cet article : http://histoiredesmedias.com/Ouvrage-Michael-Palmer-Quels-mots.html

Dans la même rubrique