Accueil du site > Actualités > Recensions d’ouvrages > Agences > Ouvrage : Hubert Henrotte, Le Monde dans les yeux, Gamma-Sygma, l’âge d’or du journalisme (Hachette Littératures, 2005). Recension par Michael Palmer.

Recensions d’ouvrages

envoyer l'article par mail title= envoyer par mail Version imprimable de cet article Version imprimable Augmenter taille police Diminuer taille police

Ouvrage : Hubert Henrotte, Le Monde dans les yeux, Gamma-Sygma, l’âge d’or du journalisme (Hachette Littératures, 2005). Recension par Michael Palmer.

« Anecdotes éclairantes », « croquis de reporters-photographes sur le front de l’information » : le chercheur ès médias rencontre souvent de telles métaphores, un discours à l’épopée… Il se demande à l’occasion comment en rendre compte, autrement qu’en valorisant l’angle des témoignages à scruter autant pour les non-dits, les silences, que pour la structure et le contenu même du texte. Le livre d’Henri Henrotte, témoignage pour les aficionados et le « grand public », relate l’épopée des aventures mais aussi de la reconnaissance d’un certain photojournalisme en France, des années 1960 à 1990. H. Henrotte créa Gamma en 1966 et Sygma sept ans plus tard. Il n’était pas seul ; mais ils n’étaient pas nombreux ; Gilles Caron et Raymond Depardon s’y distinguèrent tôt. Gestionnaire-dirigeant, Henrotte témoigne de la concurrence face aux agences états-uniennes, Black Star, Magnum… La couverture de la guerre du Vietnam, à l’en croire, serait à la fois le moment où les télévisions hertziennes aux États-Unis délogent les magazines de reportage photo, Life, Look…, et l’occasion où, depuis Paris, des « photographes audacieux acceptent de travailler en « spéculation »(sans garantie financière), politique qui sous-tend les « trente glorieuses » du photojournalisme à la française (p.46). En 2000, Paris ne serait plus la capitale du photojournalisme.

Ce livre raconte, donc, par une série de portraits croisés des photos-journalistes français de premier plan, cette épopée. Aujourd’hui, l’ex-Gamma court sous les couleurs de Corbis (groupe de Bill Gates), en partenariat avec Reuters ; en face se trouve un autre tandem (gérant stock de photos et droits de distribution), AFP et Getty Images.

La crise de 1973, lors de la création de Sygma et la brouille entre Henrotte et Raymond Depardon qui, lui, reste à Gamma, annonce la fin du quasi-monopole de Gamma en France, et une concurrence vive entre Gamma, Sygma et l’agence Sipa. Des intérêts états-uniens l’emporteraient à terme. Le témoignage de Depardon, que cite Henrotte, est tristement éloquent : la brouille entre gestionnaires et journalistes-photographes sur le terrain, les représentations qu’on se fait des enjeux de pouvoir, ainsi qu’une mauvaise politique de recrutement - « pas de cooptation pour l’entrée des photographes dans l’agence » (p.103) - contribuent à saboter à terme une ressource médiatique française de premier plan, où, du reste bien des hommes et femmes de talent ont laissé vie ou fortune.

Michael Palmer

Recension publiée dans Le Temps des médias, n° 7, hiver 2006-2007, p. 264-265.

Citer cet article : http://histoiredesmedias.com/Ouvrage-Hubert-Henrotte-Le-Monde.html