Accueil du site > Actualités > Soutenances de thèses > Les sciences sociales à l’heure du numérique dans leur rapport à la sociabilité, la vie privée et le travail

Soutenances de thèses

envoyer l'article par mail title= envoyer par mail Version imprimable de cet article Version imprimable Augmenter taille police Diminuer taille police

Antonio Casilli : Les sciences sociales à l’heure du numérique dans leur rapport à la sociabilité, la vie privée et le travail

Thèse HDR en sociologie. Soutenance le vendredi 5 octobre 2018 à 14h00 en salle des thèses D 520 à l’Université Paris-Dauphine.

Membres du jury :
Dominique MÉDA, PR, Univ PARIS-DAUPHINE - PSL, Coordinatrice et rapporteure
Patricia VENDRAMIN, PR, Univ. CATHOLIQUE DE LOUVAIN, Rapporteure
Dominique BOULLIER, MAÎTRE D’ENSEIGNEMENT ET DE RECHERCHES, ÉCOLE POLYTECHNIQUE FÉDÉRALE DE LAUSANNE, Rapporteur
Ursula HUWS, PROFESSEURE, UNIVERSITY OF HERTFORDSHIRE, Membre du jury
Michel WIEVIORKA, PROFESSEUR, FMSH, Membre du jury
Michel GROSSETTI, DIRECTEUR DE RECHERCHES CNRS, UNIVERSITÉ TOULOUSE 2, Membre du jury

L’analyse des effets des technologies numériques sur le travail ne peut pas se ramener aux prétendus effets de substitution entre l’humain et la machine « intelligente ». Face à la crise structurelle des marchés et à l’abdication de la mission historique des entreprises, un nouveau paradigme économique et technique s’impose, et c’est à l’aune de la notion de plateforme que nous devons appréhender le travail et ses transformations. Il n’y a de plateformes que d’hommes et de femmes, d’usagers qui consacrent concrètement du temps et des efforts au fonctionnement de ces structures techniques. Les plateformes, dispositifs de coordination « multi-faces », captent la valeur générée par leurs utilisateurs en imposant trois types de digital labor : le travail à la demande (Uber, Deliveroo…), le micro-travail (Amazon Mechanical Turk, Clickworker…), le travail social en réseau (Youtube, Facebook…). Chacun de ces trois types est associé à des techniques distinctes, à des tâches spécifiques, ainsi qu’à des niveaux variables de conflit autour de la reconnaissance du travail même. À l’heure de l’automation et de la plateformisation, le travail est soumis à une pression pour le remplacement qui aboutit au résultat inattendu de pousser les travailleurs à réaliser des activités, mal ou non rémunérées, de production de données et de supervision d’apprentissage de machines. Vendues aux entreprises dans le cadre de solutions d’intelligence artificielle, ces fonctions sont présentées aux personnes qui les réalisent au quotidien non pas comme du travail, mais comme des usages sans rapport avec la création de valeur par les dispositifs techniques. Les machines ont besoin du digital labor aujourd’hui pour apprendre à s’en passer demain. La disparition du travail n’est pas une conséquence inévitable de l’automation, alors que sa dégradation est un effet non seulement possible, mais déjà bien visible, de la plateformisation. Qu’elle se réalise ou bien qu’elle demeure au stade d’une tentative inaboutie n’est pas la conséquence surdéterminée du développement technologique, mais l’issue de l’aménagement des luttes sociales qui l’entourent.

Citer cet article : http://histoiredesmedias.com/Les-sciences-sociales-a-l-heure-du.html