Accueil du site > L’association > Atelier doctoral > Atelier doctoral 2003 > Les journalistes critiques de cédéroms, nouvelle catégorie de journalistes spécialisés ?

Atelier doctoral 2003

envoyer l'article par mail title= envoyer par mail Version imprimable de cet article Version imprimable Augmenter taille police Diminuer taille police

Marie-Annick Batard : Les journalistes critiques de cédéroms, nouvelle catégorie de journalistes spécialisés ?

L'étude porte sur la critique de cédérom depuis l'apparition massive de ce genre journalistique en 1994 (le cédérom lui-même apparaissant en 1985). Le corpus est constitué de 7 quotidiens nationaux, 6 hebdomadaires et 4 quotidiens régionaux. Bernard Miège souligne la filiation entre les jeux vidéo, les nouvelles technologies et les « produits culturels ». Dans ce secteur, la critique a un sens proche du discernement désigné par Starobinski, c'est un exercice de jugement de repérage. On l'étudie dans ce qu'elle peut être proche de la critique littéraire ou de théâtre.
A la fin des années 1980, apparaît le « disque optique musical ». Il s'agit d'un support pour le son, mais son nom indique bien qu'il pourrait supporter autre chose. En 1993, un nouveau discours émerge sur les nouvelles technologies et les jeux vidéo (alors que la presse spécialisée, comme Tilt en parle depuis les années 1980). Lors d'un colloque organisé au mois de décembre 2000 au centre Georges Pompidou, intitulé « Presse, TV et internet, des journalistes différents », une réflexion sur les enjeux du secteur a été entamée.
Au moment où cette critique débute, les rédactions mettent en place leurs sites internet (il s'agit de différencier les groupes de journalistes faisant l'un ou l'autre, voir Denis Ruellan sur la polyvalence et la spécialisation). Le Monde interactif est un cas particulier puisque l'équipe produit un supplément papier et gère le site du journal (la filiale est possédée à 66% par Le Monde et à 33% par Hachette). Le Monde met ensuite en place un partenariat avec Canal Plus (en 1999) qui lui permet de s'assurer des contenus sur la longue durée.
Est-ce qu'une nouvelle catégorie de journalistes hyper spécialisés apparaît ? Ce ne sont pas des techniciens formés au journalisme mais des journalistes confirmés qui s'intéressent aux nouveaux supports. Certains journaux (L'Express) font toutefois appel à des ressources extérieures. Le statut journalistique pose le plus souvent problème.
On assiste à une légitimation progressive du cédérom et de sa critique. La hiérarchie de ce sous-secteur respecte les usages en cours dans les différents organes de presse. Dans certains cas, on observe une hyper spécialisation des journalistes (A. Rivoire travaille sur les contenus multimédias) Ce sont parfois les critiques culturels ou littéraires qui se chargent des cédéroms encyclopédiques. A l'origine, les secteurs des rédactions concernés par les cédéroms sont l'économie, la culture, la consommation et la documentation. Un sous-corps particulier se constitue progressivement dans le champ. Cette critique spécifique disparaît progressivement au profit de pages ponctuelles sur certains cédéroms.

Citer cet article : http://histoiredesmedias.com/Les-journalistes-critiques-de.html