Accueil du site > Le Temps des Médias > 04 - Dire et montrer la guerre, autrement > Les collections de l’Inathèque

04 - Dire et montrer la guerre, autrement

envoyer l'article par mail title= envoyer par mail Version imprimable de cet article Version imprimable Augmenter taille police Diminuer taille police

Jean-Michel Rodes

Les collections de l’Inathèque

Le Temps des médias n°4, printemps 2005, p.295-297

Avec l'entrée en vigueur de la loi du dépôt légal de la radio télévision du 20 juin 1992, les recherches sur l'histoire de la radio télévision sont entrées dans une nouvelle ère succédant ainsi aux premiers défrichements pionniers entrepris au séminaire « Histoire et audiovisuel » du cycle supérieur d'histoire du vingtième siècle de l'Institut d'Etudes Politiques de Paris à la fin des années 1970 sous la direction de Jean-Noà« l Jeanneney et Monique Sauvage. Cet accès aux sources était alors bridé, en effet les archives audiovisuelles déposées à l'Ina s'avéraient exclusivement dévolues à une diffusion restreinte, confinée aux seuls usages des professionnels afin de ravitailler en images les journaux télévisés et les documentaires.

L'impulsion décisive donnée par la loi du 20 juin 1992 va rapidement permettre à l'univers des étudiants et des chercheurs d'accéder enfin à des collections exhaustives constituées systématiquement par le versement des émissions des chaînes nationales hertziennes et des programmes radiophoniques du service public avant leur extension à quarante et une chaînes du câble et du satellite et de dix-sept stations radiophoniques. La loi relative au dépôt légal, préparée et défendue par Jean-Noà« l Jeanneney, alors secrétaire d'État à la Communication, charge l'Ina de collecter et conserver les documents sonores et audiovisuels radiodiffusés ou télédiffusés, de participer à la constitution et la diffusion des bibliographies nationales et de mettre ces documents à la disposition des chercheurs pour consultation.

Au 1er janvier 1995, l'Inathèque reçoit en dépôt les émissions des diffuseurs hertziens c'est-à -dire TF1, France 2, France 3, Canal +, France 5, Arte et M6 et capte les chaînes de Radio France : France Culture, France Inter, France Musique, France Info et France Bleu.

Sept ans plus tard, au 1er janvier 2002, le dépôt légal est étendu à 12 chaînes du câble et du satellite de TV5, RTL 9, Canal J, Paris Première, Planète, MCM, Canal Jimmy, Euronews, Eurosport, Série Club, Monte Carlo TMC et LCI. Cette extension concerne également douze radios diffusées sur le réseau FM : Europe 1, RTL, RMC, RFI, Europe 2, Chérie FM, Nostalgie, Skyrock, RTL 2, Fun Radio, NRJ et RFM.

En 2003 une nouvelle extension du nombre des chaînes collectées s'appliquent à 22 nouvelles chaînes du câble et du satellite : 13e rue, AB Moteurs, Animaux, La chaîne météo, Chasse et pêche, Demain !, encyclopédia, Equidia, Escales, Festival, Fun TV, Histoire, La chaîne parlementaire-Assemblée nationale, Mangas, Mezzo, Public Sénat, RFM TV, Seasons, Sport+, Téléthoon, Téva, Toute l'histoire

Dans le prolongement de cette activité nouvelle, l'Inathèque, à partir des activités de captation, de collecte et du traitement documentaire des émissions réalise un travail essentiel pour la mise à disposition des collections auprès des usagers. En effet, ce travail de catalogage et d'indexation permet d'interroger l'interface conviviale de consultation des bases de données de l'Ina. Grâce à Hyper Base, l'interrogation des champs documentaires par date, chaîne, heure de diffusion, titre, mots clés, résumé constituant chaque notice donnent la possibilité de croiser ces requêtes pour retrouver un document précis et constituer des corpus. L'outil Media Corpus favorise une approche statistique des corpus constitués. Mediascope, une évolution de Vidéo Scribe, outil multimédia développé par l'Ina, invite à « naviguer » dans le document audiovisuel, à capturer des imagettes et permet de les annoter. De même Radioscope est-il un autre outil multimédia d'aide à l'analyse du document radiophonique.

Outre les fonds du dépôt légal l'Inathèque met également à la disposition des chercheurs de très importantes collections antérieures au 1er janvier 1995. D'une part l'intégralité des programmes des chaînes hertziennes à partir de 1986, soit plusieurs centaines de milliers d'heures, d'autre part les collections plus anciennes au rythme d'avancement très rapide du Plan de Sauvegarde et de Numérisation lancé par l'Ina en 1999 (200 000 heures numérisées fin 2004).

L'Inathèque collecte, inventorie et met également à la disposition des chercheurs l'ensemble des fonds écrits versés par les sociétés de programme depuis 1995 comme les documents de programmation, bulletins de presse, avant programmes et tous documents d'accompagnement rattachés à un élément de programme : conducteur, dossier de presse droits d'auteur, fiche d'émission, scénario…

Concernant les documents antérieurs au 1er janvier 1995 une collection de Bulletins d'Information Presse à partir de 1961 et pour la télévision les bulletins de presse édités par la RTF et l'ORTF, les rapports de chef de chaîne des trois premières chaînes de 1959 à 1994 et les conducteurs de l'actualité des journaux télévisés et des magazines d'information de 1949 à 1994.

Versé récemment par TDF un ensemble constitué de documents techniques riche de 400 dossiers témoigne de la diversité des collections. Plusieurs publications périodiques depuis 1950, des monographies : éditions du commerce et littérature grise, les travaux universitaires relevant du champ des médias participent de ce foisonnement documentaire.

Signalons enfin le versement volontaire d'archives émanant de plusieurs acteurs des médias parmi lesquels le pionnier de la radio privé Charles Michelson (1900-1970), les réalisateurs Yves Kovacs, Jacques Krier, l'homme de radio André Gillois, ou encore celui de l'artiste multi-média Fred Foret.

On l'aura compris à la lecture de l'énoncé sommaire de la description des fonds et des moyens mis en œuvre pour leur consultation, l'Inathèque de France, par le dépôt légal de la radio télévision, est devenu un instrument incontournable à la connaissance de l'histoire des médias. Des activités nombreuses liées à la restitution des travaux de recherche stimulent et valorisent le rayonnement de collections sollicitées désormais par l'ensemble des disciplines relevant du champ des sciences sociales. C'est le rôle des débats des lundis de l'Ina, des rencontres Ina Sorbonne, du prix de l'Inathèque, de la revue Médiamorphoses, des co-éditions d'ouvrages, de la participation à l'organisation des colloques et à l'édition de leurs actes à seule fin de confronter notre connaissance des médias à travers ses multiples objets d'études scientifiques.

Citer cet article : http://histoiredesmedias.com/Les-collections-de-l-Inatheque.html