Accueil du site > Le Temps des Médias > 15 - Justice(s) > Le procès révolutionnaire : naissance d’une justicemédiatique (Paris, 1789-1799)

15 - Justice(s)

envoyer l'article par mail title= envoyer par mail Version imprimable de cet article Version imprimable Augmenter taille police Diminuer taille police

Guillaume Mazeau

Le procès révolutionnaire : naissance d’une justicemédiatique (Paris, 1789-1799)

Le Temps des médias n°15, automne 2010, p. 111-125.

englishflag

Dès 1789, les différents projets révolutionnaires, nourris par plusieurs décennies de réformes et d’échanges intellectuels, convergent vers un objectif commun : inventer une société plus juste. Dès lors, l’institution judiciaire devient l’un des principaux instruments de la démocratisation et de la régénération sociale, à la fois grâce à la codification et à la réforme de l’institution. Désormais ouverts aux citoyens, les prétoires deviennent des espaces publics de critique, de confrontation des opinions et d’invention du débat démocratique. Les grands procès sont vécus comme des événements qui concernent non seulement les spécialistes du droit mais la nation tout entière. En raison des rapports de plus en plus étroits entre le monde des avocats, des journalistes, des libellistes et des artistes, les tribunaux deviennent même les scènes privilégiées du spectacle d’une nation en Révolution. Les plaidoiries des avocats, les réquisitoires des accusateurs publics, les témoignages et les réponses des accusés inspirent l’histoire immédiate d’une première expérience républicaine, mais confronte pour la première fois les idéaux démocratiques de la liberté de la presse avec ceux de l’indépendance de la justice.

Citer cet article : http://histoiredesmedias.com/Le-proces-revolutionnaire.html

Sommaire du numéro