Accueil du site > Actualités > Soutenances de thèses > La pratique des séries télévisées. Une sociologie de l’activité spectatorielle

Soutenances de thèses

envoyer l'article par mail title= envoyer par mail Version imprimable de cet article Version imprimable Augmenter taille police Diminuer taille police

Clément COMBES : La pratique des séries télévisées. Une sociologie de l’activité spectatorielle

Thèse de sociologie. Soutenance le jeudi 12 septembre 2013 à 14h30 en salle L109.
Membre du jury :
Hervé Glevarec, DR CNRS - rapporteur
Josiane Jouët, Professeure, Univ. Paris 2 - rapporteur
Jean-Pierre Esquenazi, Professeur, Univ. Lyon 3 - examinateur
Fabien Granjon, Professeur, Univ. Paris 8 - examinateur
Antoine Hennion, DR, MINES ParisTech - examinateur
Cécile Méadel, Professeure, MINES ParisTech - directrice de thèse

Que signifie aimer une « série télé » aujourd’hui ? Ou, selon une formulation plus pragmatiste, que font faire les séries à leurs spectateurs ? Pour répondre à ces questions, cette thèse invite à se démarquer du paradigme de la réception – lequel fournit la majorité des études sur le sujet – et explorer les ressorts et contours de la pratique des séries. Il s’agit d’étudier les activités concrètes dans lesquelles s’engagent les amateurs, la façon dont se tissent leur attachement aux séries, les ingrédients de ce tissage, les appuis et prises matériels, techniques et relationnels de cet attachement. Ce travail montre que la pratique spectatorielle ne s’arrête pas au seul moment du visionnage, lorsque l’individu est devant son poste, mais s’étend à l’ensemble des activités, des temps et des espaces au cours desquels celui-ci entre en relation avec une série. À partir d’une quarantaine d’entretiens approfondis et de l’examen des principaux relais sociotechniques et médiatiques des séries, la thèse se propose de suivre les amateurs dans leurs pratiques quotidiennes, du visionnage et de la conservation des séries à leurs échanges conversationnels, en passant par les procédures d’information et de découverte, d’approvisionnement et de partage de contenus. Autant d’activités, non pas seulement « réceptives », mais réflexives, corporées, instrumentées et collectives, qui permettent d’apprécier la diversité des formes d’attachement des « sériphiles » à ces objets singuliers.

Citer cet article : http://histoiredesmedias.com/La-pratique-des-series-televisees.html

Autres soutenances

1 | 2 | 3 | 4 | 5 | 6 | 7 | 8 | 9 | 10