Accueil du site > Actualités > Soutenances de thèses > La Librairie Larousse de 1895 à 1952

Soutenances de thèses

envoyer l'article par mail title= envoyer par mail Version imprimable de cet article Version imprimable Augmenter taille police Diminuer taille police

DUBOT Bruno : La Librairie Larousse de 1895 à 1952

Thèse d’histoire contemporaine (Université de Versailles Saint-Quentin-en-Yvelines). Soutenance le samedi 14 novembre 2009 à 9h à l’UVSQ, Bâtiment d’Alembert – Salle des thèses (2ème étage), 5-7, Boulevard d’Alembert, 78 280 Guyancourt.
Membres du jury : Elisabeth PARINET, Directeur d’Etudes (Ecole Nationale des Chartes), Jean PRUVOST, Professeur (Univ. Cergy-Pontoise), Jean-Yves MOLLIER, Professeur (UVSQ, Directeur de thèse), Emmanuelle LOYER, Professeur (Sciences Po), Catherine OMNES, Professeur (UVSQ), Pascal ORY, Professeur (Univ. Paris I-Panthéon Sorbonne).

Pierre Larousse et Augustin Boyer fondent une Librairie classique en 1852. En 1869, les deux associés se séparent et Pierre Larousse conçoit seul l’édition du Grand Dictionnaire universel du XIXe siècle qui reste inachevé à son décès en 1875. A partir de 1885, les neveux des deux fondateurs reconstituent une nouvelle Librairie classique consolidée par les nouveaux statuts de 1895. La « génération de la Semeuse » (1895-1920) fait prospérer l’entreprise dans le contexte de la Belle Epoque. Claude Augé, ancien instituteur comme Pierre Larousse, s’attache à renouveler le fonds d’ouvrages scolaires et les dictionnaires encyclopédiques tandis que Georges Moreau développe de nouvelles collections populaires et des revues documentaires, vulgarisatrices et artistiques.
Bien inscrite dans la culture médiatique, la Librairie construit une habile politique de communication et développe des réseaux dans les mondes politique, enseignant et culturel. La Première Guerre mondiale et l’immédiat après-guerre représentent néanmoins une période de crises pour la Librairie dont elle parvient à sortir par de nouveaux statuts, un renouvellement de sa politique paternaliste, et par l’exclusion de Lucien Moreau, l’un des chefs de file de l’Action française.
La troisième génération de directeurs-gérants (1920-1951), rénove la stratégie éditoriale afin de « semer de beaux blés », repense l’ensemble du travail au sein de la Librairie, et tente d’offrir à la Semeuse de nouveaux marchés dans le monde. La Deuxième Guerre mondiale clôt les tensions internes apparues en 1936 et permet de substantiels bénéfices. L’après-guerre et le début des Trente Glorieuses sont dominés par la reconstitution puis le renouvellement du fonds d’édition. Enfin, en 1951, la quatrième génération de directeurs-gérants familiaux accède aux responsabilités tandis que les anciens gérants célèbrent un an plus tard, en 1952, les cent ans de la Librairie Larousse.

En savoir plus : http://www.chcsc.uvsq.fr/soutenances/Bruno%20DUBOT.pdf
Citer cet article : http://histoiredesmedias.com/La-Librairie-Larousse-de-1895-a.html