Accueil du site > Ressources > Nouveautés parutions > Janvier 2011 > Des Mondes de Papier. L’imagerie populaire de Wissembourg

Nouveautés parutions

envoyer l'article par mail title= envoyer par mail Version imprimable de cet article Version imprimable Augmenter taille police Diminuer taille police

SCHNEIDER Malou, LERCH Dominique (dir.)

Des Mondes de Papier. L’imagerie populaire de Wissembourg

Musées de la ville de Strabourg, 2010, 256 p., 40 p.

D’une petite maison fondée en 1835 par Jean Frédéric Wentzel dans un village alsacien, l’entreprise de Wissembourg devint un des grands centres d’impression d’images en Europe, moins connu qu’Épinal mais à la production aussi conséquente. Deux millions d’images par an ont été produits au moment de l’apogée de l’entreprise, en 1868. Ces planches étaient vendues dans les villes par les libraires et à la campagne par les colporteurs. Elles étaient diffusées à travers l’Alsace, mais aussi expédiées par chemin de fer à Paris, et envoyées dans toute l’Europe jusqu’à Varsovie ou Dublin. La production majoritaire concerne les sujets religieux, destinés principalement à la population catholique, mais aussi aux croyants des confessions minoritaires, protestants, juifs, mennonites et même musulmans. Diversité des confessions, mais aussi des thèmes : la vie du Christ, la figure de la Vierge et des saints, les portraits des Réformateurs protestants, un Mizrah juif, la vue de La Mecque, ou encore des histoires bibliques comme celle de Joseph et ses frères se côtoient dans les ateliers de lithographie de Wissembourg. Bien moins représentée, l’imagerie profane est informative : on y trouve des sujets d’actualité, faits divers ou scènes de bataille, mais elle est surtout décorative et les différents sujets sont souvent proposés par paires ou par quatre : les quatre saisons ou les histoires en quatre épisodes comme celle de Geneviève de Brabant ou de Mazeppa. D’autres thèmes concernent la vie familiale : le couple, la famille, les enfants et les animaux domestiques qui leur sont souvent associés, en des scènes romantiques qui sont parfois d’une grande mièvrerie. Mais l’humour est présent aussi, ainsi que les sujets qui s’adressent plutôt aux hommes : chasse, chevaux, scènes d’auberges et sujets grivois. Enfin, une très grande part de la production est destinée à l’enfant, qui devient un consommateur courtisé. L’entreprise wissembourgeoise va chercher tous les moyens créatifs de retenir son intérêt et celui de ses parents. Petits soldats, contes et légendes, constructions, personnages exotiques, héros de la littérature enfantine, planches pédagogiques et bien sûr, jeux et jouets de toute nature lui sont proposés.

En savoir plus : http://www.musees.strasbourg.eu/index.php?mact=News,cntnt01,detail,0&cntnt01articleid=1872&cntnt01origid=84&cntnt01detailtemplate=Exposition&cntnt01lang=fr_FR&cntnt01returnid=617
Citer cet article : http://histoiredesmedias.com/Des-Mondes-de-Papier-L-imagerie.html