Accueil du site > Ressources > Nouveautés parutions > Avril - Mai 2016 > Communication & Langages

Nouveautés parutions

envoyer l'article par mail title= envoyer par mail Version imprimable de cet article Version imprimable Augmenter taille police Diminuer taille police

"Lectures de la caricature"

Communication & Langages

n° 187, mars 2016. Coord. : Frédéric Lambert.

Une caricature faite dans les langues de la laïcité, de la liberté d’expression, de l’universalisme républicain, de la culture de la démocratie, demande des compétences pour l’interpréter. C’est l’objet de ce dossier. Pourquoi les intelligences de la caricature, ses jeux, ses distances, ses transgressions, peuvent-ils être entendus comme des profanations ? Comment la caricature, partagée par un lectorat habitué aux promesses de la politique éditoriale du média qui la publie, se trouve-t-elle projetée dans les arènes mondialisées, et circule-t-elle entre différentes communautés de croyance ? Ces questions malheureusement portent en elles une gravité, sinon une tristesse et l’expression d’un deuil, celui des auteurs de Charlie Hebdo assassinés au nom de dieu. Les caricatures sont souvent de petits exercices de profanations créatives, où les discours marchands, les discours politiques, les discours religieux font l’objet d’une saine provocation. Mais ces exercices de démocratie sont inaudibles pour ceux qui par intérêt politique se déclarent depuis les territoires d’une théocratie, ou pour ceux qui n’ont jamais pu apprendre à entendre et produire les voix de la subversion et de l’émancipation. Ce dossier, Lectures de la caricature, est pris dans le débat de l’interdisciplinarité où l’histoire, l’anthropologie, la sémiologie et la sociologie viennent dire et analyser comment circulent et font sens les textes et les images au sein des sociétés. La caricature travaille généralement à rebours du naturel, de l’évidence, et des usages conventionnels de l’information et de la communication. Elle travestit, met à nu, tord, déforme graphiquement des traits qui étaient partagés dans le confort des normes sociales. Certes, la caricature peut devenir un objet de propagande. Mais elle est essentiellement l’expression vivante de nos libertés et des combats qu’il faut mener pour les préserver.

En savoir plus : http://www.necplus.eu/action/displayJournal?jid=CML
Citer cet article : http://histoiredesmedias.com/Communication-Langages,6616.html