Accueil du site > Actualités > Soutenances de thèses > Beaux-arts et critique dans la presse parisienne sous la Restauration (1814-1830)

Soutenances de thèses

envoyer l'article par mail title= envoyer par mail Version imprimable de cet article Version imprimable Augmenter taille police Diminuer taille police

Lucie Lachenal-Taballet : Beaux-arts et critique dans la presse parisienne sous la Restauration (1814-1830)

Thèse de doctorat (Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne). Soutenance le samedi 18 novembre 2017, Salle Jullian (Galerie Colbert, 1er étage) à 14h.

Membres du jury :
Pierre WAT, Professeur à l’Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne, directeur de thèse
Marie-Claude CHAUDONNERET, Directrice de recherche honoraire au CNRS
Thierry LAUGÉE, Maître de conférences à l’Université Paris-Sorbonne
Christine PELTRE, Professeur à l’Université de Strasbourg
Bertrand TILLIER, Professeur à l’Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne

La Restauration est une période charnière pour la critique d’art en France. La législation de la presse se libéralise et le nombre de périodiques augmente considérablement. La création artistique elle-même connaît des transformations importantes, comme la remise en question de la hiérarchie des genres, le questionnement de la théorie de l’imitation, l’affirmation de la sensibilité romantique et l’évolution du statut de l’artiste. Ce travail propose une étude des critiques, de leurs pratiques d’écriture ainsi que des grands débats esthétiques du moment. Il repose sur un corpus d’articles publiés sur les beaux-arts dans la presse parisienne de l’époque, englobant les comptes rendus des Salons mais également les autres actualités artistiques (concours académiques, inaugurations de monuments, articles généraux sur les arts, etc.). La réflexion qui s’articule en trois temps a pour but de mettre en relief les principaux enjeux de la critique de cette période mais également la place des beaux-arts dans la presse et la figure du critique. L’étude de l’intertextualité mais aussi celle des débats (les sujets et les sources d’inspiration à privilégier, le romantisme, la tension entre talent individuel et école française) permettent de tracer les différentes conceptions artistiques des critiques qui coexistent alors. Le critique s’affirme à cette période comme une voix nécessaire et comme un régulateur du monde artistique, exigeant un droit de regard sur la politique artistique et plus largement sur toutes les initiatives visant à promouvoir les arts et les artistes.

Citer cet article : http://histoiredesmedias.com/Beaux-arts-et-critique-dans-la.html