Accueil du site > Le Temps des Médias > 06 - L’argent des médias > Atelier doctoral de la SPHM

06 - L’argent des médias

envoyer l'article par mail title= envoyer par mail Version imprimable de cet article Version imprimable Augmenter taille police Diminuer taille police

Atelier doctoral de la SPHM

Le Temps des médias n°6, printemps 2006, p.224-225

Communauté des objets, pluralité des approches, c'est une fois de plus ce que la SPHM a permis de faire vivre : le 17 septembre 2005, s'est tenu à l'Institut d'Etudes Politiques de Paris, un nouvel atelier doctoral. L'atelier doctoral permet aux jeunes chercheurs de l'association de présenter leurs travaux en cours. De nombreuses problématiques ont été abordées lors de cette très riche rencontre. Émilie Roche a expliqué l'approche pluridisciplinaire qui guide son étude des discours de la presse écrite française sur les violences de la guerre d'Algérie. Doctorante en sciences de l'information et de la communication, elle a en effet choisi de faire appel aux méthodes de l'histoire, mais également de la philosophie politique et de la linguistique. À partir d'un corpus de plus de 5 000 articles, elle pointe un moment de l'évolution des relations entre presse écrite, État et société civile.

C'est la diversité des sources qu'Elvina Fesneau a mise en avant dans la présentation de son travail sur le marché du transistor entre 1948 et 1970. Une telle approche de l'histoire économique par le marché implique en effet de s'intéresser à la fois aux acheteurs, aux producteurs, aux distributeurs, aux publicitaires… qui tous produisent des types d'archives divers, obligeant le chercheur à multiplier les ressources. Son étude permettra de mieux cerner comment l'invention de ce composant a révolutionné en quelques années le paysage médiatique.

Comment cerner un objet social flou, « le problème de banlieue », dans les bases documentaires de l'Inathèque ? C'est la question qu'Alexandre Borrell a dû affronter pour construire le corpus de sa thèse. Sans en cacher les limites (comme la validité d'une indexation qui évolue), il a montré la richesse complexe de ces ressources pour les historiens des médias, dévoilant les angles d'approche qui lui ont permis d'assurer le sérieux de son étude (recherches par mot clef sur le titre puis sur l'ensemble du texte, et surtout enquête à partir des lieux de tournage des reportages).

C'est enfin une étude fondée sur plusieurs médias, que Camille Picard a présenté en parlant des campagnes publicitaires autour de la sécurité routière. Etudiant les campagnes nationales destinées au grand public, elle montre l'évolution des discours et des supports depuis les années 1950. Sa recherche a permis aux membres de la SPHM de se tourner vers le dynamique secteur des études de publicité et de communication publique.

Cette réunion a confirmé une fois de plus que l'atelier doctoral était un précieux lieu d'échanges sur les méthodes et l'actualité de la recherche en histoire des médias. Hors de leur contexte institutionnel habituel, les doctorants peuvent exprimer leurs premières conclusions et leurs questionnements à d'autres chercheurs, qui connaissent bien leurs objets d'étude.

Les interventions sont consultables en ligne sur le site de la SPHM

Citer cet article : http://histoiredesmedias.com/Atelier-doctoral-de-la-SPHM.html

Sommaire du numéro