Accueil du site > Actualités > A la Une

A la Une

Flux_RSS

Journée d’étude, "Quand les collections se déclarent … La collection comme objet éditorial (Europe et Amériques XVIIIe-XXe siècles) ", 22 juin 2012, Versailles-Saint-Quentin-en-Yvelines

Journée d’étude organisée par Christine Rivalan-Guégo dans le cadre du projet "La collection comme objet éditorial", labellisé MSHB/IDA RENNES et avec l’appui du CHCSC.

L’objet de cette journée d’étude est de saisir et d’analyser le moment où émerge le projet de collection, dans une perspective comparatiste à la fois entre zones géographiques et entre domaines de connaissances.

Date : le vendredi 22 juin 2012, de 9h30 à 17h30

Lieu : Université Rennes 2, Bâtiment B,salle espace recherche UFR-ALC

Contact : christine.rivalan-guego@univ-rennes2.fr

Entrée libre dans la limite des places disponibles.


Programme


9h30 : (...) Lire la suite

Conférence, La guerre des ondes, Jeudi 14 juin 2012, 18h.30 - 20h, Paris

Conférence d’Aurélie LUNEAU, historienne de la radio et productrice à France

Culture, auteur de « Radio Londres 1940-1944 » (Éditions Perrin) et

Jean-Jacques CHEVAL, Professeur à l’Université Michel de Montaigne -

Bordeaux 3, membre du GRER (Groupe de Recherches et d’Etudes sur la Radio),

il traitera plus spécifiquement le sujet de la radio en temps de révolution

et de contre-révolution au XXème siècle.

Depuis sa création, la radio a joué un rôle clef dans les grands conflits et

révolutions qui ont marqué le XXe siècle. Utilisée par les révolutionnaires

et contre-révolutionnai res, mais aussi par les politiques, elle est un

remarquable outil d¹information et (...) Lire la suite

Journée d’études, "Histoire(s) du cinéma brésilien", Paris, 18 juin 2012

HISTOIRE(S) DU CINEMA BRESILIEN Journée d’études organisée par l’Association pour la recherche sur le Brésil contemporain, le programme USP – COFECUB et le Centre d’histoire culturelle des sociétés contemporaines de l’Université de Versailles Saint-Quentin- en-Yvelines.

Date : Lundi 18 juin 2012, de 9h30 à 17h30

Lieu : Maison de l’Amérique Latine, Auditorium,

17 Bd Saint Germain 75007 Paris

Organisateurs : Anaïs Fléchet (CHCSC-UVSQ) et Carolina Amaral de Aguiar (Université de São Paulo)

Contact : arbrecontact@ gmail.com

Entrée libre dans la limite des places disponibles Depuis (...) Lire la suite

Journée d’étude, « la programmation radiophonique » Vendredi 25 mai 2012, 10h-15h , Paris

Journée d’étude sur « la programmation radiophonique »

Vendredi 25 mai 2012, 10h-15h - suivie de l’Assemblée générale du GRER,

15h30-18h

Salle de conférence du musée des arts et métiers (CNAM) à Paris (3ème)

Journée organisée par Nicolas Becqueret, Laurent Gago et Hervé Glevarec en

association avec le Groupe de Recherche et d’Etudes sur la Radio

Depuis que les radios ont structuré leur grille d’émissions (dans les années

1930 en France), le programme est constitutif de leur organisation. De la

diversité des programmes on ne sait que peu de choses du point de vue de ce

qui les motive (pourquoi tel programme (...) Lire la suite

Colloque "L’arbitrage et les médias", Paris, 1er juin 2012

L’Ecole de Droit de Sciences Po a le plaisir de vous inviter au colloque :

« L’arbitrage et les médias »

Le sujet sera présenté par

Pierre Tercier

qui débattra avec

Emmanuel Gaillard

Charles Jarrosson

et Sophie Nappert

Le colloque sera modéré par

Diego P. Fernández Arroyo

L’un des problèmes récurrent des arbitrages est celui de la confidentialité. Les contacts avec les médias en sont un aspect. Il est toujours plus fréquent de trouver dans les médias, (...) Lire la suite

Colloque "Journalisme et culture", Paris 24-25 mai 2012

Colloque international coorganisé par le Gripic-Celsa et

Elico-Université s de Lyon, consacré aux liens entre journalisme et culture

jeudi 24 mai 2012

La Colline - Grand Théâtre

9h00 Accueil des participants

9h15 Ouverture du colloque

avec Olivier Schnoering, directeur des relations publiques de La

Colline, Emmanuel Souchier, directeur du GRIPIC et Isabelle

Garcin-Marrou, directrice-adjointe d’ELICO

Séance 1 Le journal sous l’emprise du littéraire

Présidence : Marie-Eve Therenty

9h30 “Splendeurs et misères des « spectateurs » : l’idéal inachevé d’un

journalisme culturel pour tous”

Alexis Levrier (...) Lire la suite

Journée d’étude : "Journalisme, recommandation et prescription culturelles", Lyon, 31 mai 2012

JOURNEE D’ETUDESorganisé par le GRIPIC (Celsa, Université Paris-Sorbonne) et ELICO (Université de Lyon),avec le soutien du REJ (Réseau d’études sur le journalisme) Journalisme, recommandation et prescription culturellesLe 31 mai 2012 à Lyon, à l’ENSSIB Dans le prolongement du colloque organisé à Paris les 24 et 25 mai 2012 cette journée de rencontres internationales sera l’occasion de s’interroger sur le rôle des journalistes, intermédiaires et prescripteurs traditionnels de la culture qui contribuent à construire, diffuser voire imposer les normes du jugement culturel dans la société. Pour découvrir l’univers foisonnant et complexe de la culture, le public s’en remet souvent aux avis et conseils formulés par l’entourage, avec lequel les individus partagent une communauté de vues et de valeurs. À cela il faut ajouter les jugements d’intermédiaires experts parmi lesquels les journalistes jouent un rôle essentiel. Les expériences culturelles des individus ont donc à voir avec les goûts partagés avec les uns ainsi qu’avec la confiance accordée à l’expertise des autres.C’est dans ce cadre et que l’on interrogera les acteurs et les formes de prescriptions culturelles à l’heure de l’Internet. Ce questionnement est particulièrement crucial aujourd’hui, alors que les recommandations de l’entourage ou d’individus anonymes accèdent à une nouvelle visibilité avec l’essor des sites et plateformes du web « participatif ». Ainsi, le succès de certains blogs dits influents, de plateformes comme Facebook ou Twitter et peut-être bientôt de Google+ invite à repenser les mécanismes par lesquels s’élaborent l’expertise et la confiance. Assiste-t-on à un déplacement du pouvoir des médiateurs traditionnels vers les amateurs, les praticiens peu reconnus, les « amis » ou autres « fans » présents sur le web ? Devons-nous admettre qu’une frange du public tend à produire par et pour lui-même une forme d’expertise, s’appuyant peut-être sur de nouveaux critères ? Ou bien, à l’instar de Françoise Benhamou, faut-il considérer que dans le domaine culturel, le sentiment que le public tranche est trompeur dans la mesure où celui-ci est dépendant des critiques et de l’impact médiatique des œuvres ? Donner son avis, voter, liker… ces opérations permettent-elles de construire un jugement culturel et des références partageables ou sont-elles de nouveaux artefacts marketing qui instrumentalisent le « jugement ordinaire » des individus sur le web ? Et enfin, les possibilités offertes par l’internet modifient-elles les pratiques des journalistes eux-mêmes, qui disposent de nouveaux espaces d’énonciation moins restreints et moins contraints (temps, fréquence, taille) que ceux des médias traditionnels ? 1. Les acteurs du champ littéraire : continuités, déplacements et interactionsSi les travaux de Rémy Rieffel ont bien montré l’interpénétration entre le milieu des médias et celui des intellectuels ainsi que la manière dont les journalistes ont, depuis vingt ans, court-circuité les intellectuels dans la création/diffusion des messages culturels ; qu’en est-il aujourd’hui ? De quelle manière les sites d’actualité culturelle, les forums, les blogs et les plateformes des réseaux sociaux numériques font-ils évoluer le champ de l’information culturelle ? Comment se répartissent les rôles, comment se tissent les liens entre les différents acteurs qui établissent et imposent les canons du jugement culturel dans la société ? Comment se construit l’expertise, comment s’établit sa reconnaissance ? Quels sont les critères de légitimité pour produire jugements et prescriptions ? 2. Les formes de recommandations et de prescriptions littérairesYves Jeanneret parle de « trivialité des êtres culturels » pour souligner la mobilité, la plasticité des productions et discours culturels. Mais de quelle manière les espaces numériques interviennent- ils sur les modalités d’expression, de partage, d’échange et de circulation des appréciations comme des productions culturelles. Entre praticiens, institutions, experts, amateurs, consommateurs ou usagers, comment se négocie la visibilité, la reconnaissance ou l’influence ? De quelles manières les dispositifs numériques informent-ils la production de jugements sur la culture ? Si commenter, voter, noter, partager constituent des actions permises et sollicitées par les sites web, dans quelle mesure cela peut-il interférer avec le travail critique des journalistes et autres « gate-keepers » de la culture ?
... | < 55 | 56 | 57 | 58 | 59 | 60 | 61 | 62 | 63 |> |...