Accueil du site > Actualités > A la Une

A la Une

Flux_RSS

Colloque "Coups de crayons sous la Troisième République" Beaune, 15-16 avril 2015

Peintre, affichiste et caricaturiste, Noël Dorville (1874-1938) compte parmi les plus prolixes dessinateurs de presse de la Troisième République, dont il fut un observateur et un critique attentif, qu’on peut apprécier à travers sa collaboration à un nombre considérables de périodiques des années 1890 à 1930. Le colloque proposera des axes de réflexion sur la caricature politique et ses formes, le journal et son rapport à l’illustration satirique ou de reportage, les figures du dessinateur de presse, de l’éditeur, du libraire ou du collectionneur, l’actualité politique ou événementielle, la construction d’une célébrité médiatique du personnel politique par l’image satirique, la violence graphique dans la vie parlementaire, l’enrôlement du caricaturiste dans (...) Lire la suite

Colloque, "Les voix du lecteur dans la presse française au XIXe siècle", Villetaneuse, 9-10 avril 2015

Le XIXe siècle est assurément l’âge de la lecture. Traversé par un double mouvement d’alphabétisation et de croissance démographique, il voit le lectorat s’étendre à de nouvelles catégories de personnes : ouvriers, femmes, enfants. Dans les foyers, les cafés, les cercles et les cabinets de lecture, c’est l’imprimé à diffusion périodique qui attire à lui l’essentiel de ce nouveau public. Le journal offre une alternative majeure au livre, moins coûteuse et plus accessible. Plus immédiate, aussi, puisqu’il construit avec ses destinataires un système d’adresses et de réponses autour de l’actualité socioculturelle. Du courrier des lecteurs au droit de réponse, en passant par la causerie, le badinage, la note et la lettre ouverte, variés (...) Lire la suite

Colloque "Images du Cambodge : mythe, histoire et mémoire", Pierrefitte-sur-Seine, 10-11 avril 2015

Au moment de la commémoration des quarante ans du génocide cambodgien, le 17 avril 2015, il est nécessaire de témoigner, par des manifestations culturelles et scientifiques, de la survivance et de la créativité d’un pays qui a connu l’élimination de masse et la destruction d’une communauté artistique. Entre 1975 et 1979, 90% des artistes et des intellectuels ont été persécutés et assassinés par le régime des Khmers rouges, laissant une société dévastée. La reconstruction politique, économique et culturelle du Cambodge est difficile ; dans ce contexte dramatique, les artistes ont joué un rôle essentiel, en particulier par un travail de transmission des arts traditionnels à la nouvelle génération. Mais les jeunes artistes cambodgiens sont en quête de renouvellement ; en questionnant le passé, ils cherchent aujourd’hui à comprendre la complexité de notre époque et à relever les défis de la mondialisation.

« L’identité cambodgienne » se construit entre deux pôles extrêmes : d’un côté la splendeur d’Angkor, et de l’autre l’horreur des années khmères rouges. Dans cet entre-deux, l’équilibre est fragile et incertain. Si le Cambodge hante les imaginaires contemporains, en particulier Angkor, qui n’est pas seulement un vestige archéologique, mais un mythe actif soutenant depuis le XIXe siècle une création littéraire et cinématographique, ce sont les effets des années de terreur qui façonnent la société : corruption généralisée, rupture ou manque de solidarité entre les générations, course effrénée à l’argent facile et à la satisfaction matérielle au détriment des nécessités sociales et culturelles. Le génocide a fait voler en éclats toutes les garanties symboliques. L’oubli forcé, au nom de la réconciliation et de l’unité nationale, offre un passé quasiment sans traces. L’absence d’images des massacres, le défaut de preuves ou le peu de souvenirs exprimés par les témoins, incitent à questionner la possibilité d’une transmission de l’innommable.

L’immense majorité de la population cambodgienne, dont 40% est âgée de 15 à 25 ans, a très difficilement accès à sa propre mémoire. Le travail d’archives devient essentiel dans la valorisation des modes d’écriture et de diffusion par l’image ; en plaçant la question de l’Histoire et la brisure identitaire au cœur de leur réflexion les artistes agissent pour contrer cet effacement du passé. Réemployés, détournés de leurs usages traditionnels, les films, les photographies, les sons, les objets, peuvent travailler une mémoire non-discursive, faisant du document un opérateur de remémoration ou de fiction. Pour en saisir les enjeux, il s’agira d’interroger successivement les mythes et les survivances des ruines d’Angkor, les processus mémoriels, ainsi que les formes visuelles qui se créent aujourd’hui au Cambodge.

Programme

Vendredi 10 avril 2015

09h30 - 10h00 | Accueil

Matinée

Le Mythe d’Angkor

Présidente de séance | Isabelle Aristide, Chef du département des archives privées, Archives nationales

10h00 - 10h15 | Ouverture

10h15 - 10h45 | Olivier de Bernon : Le rôle de l’École française d’Extrême-Orient dans la construction du mythe national khmer.

10h45 - 11h15 | Isabelle Flour : Le mythe d’Angkor au prisme des expositions coloniales.

11h15 - 11h45 | Gabrielle Abbé : L’École des Arts cambodgiens : une création occidentale ?

11h45 - 12h15 | Richard Rechtman : La fiction dans l’écriture postgénocidaire.

12h30 - 14h00 | Pause

Après-midi

Arts et mémoire

Présidente de séance | Claire Fagnart Maître de conférences à l’Université Paris 8

14h00 - 14h30 | Patrick Nardin : Vann Nath cinéaste.

14h30 - 15h00 | Soko Phay : Davy Chou ou la survivance des images perdues.

15h00 - 15h30 | Pause

15h30 - 16h00 | Projection : Davy Chou, Cambodia 2099 (2014).

16h00 - 16h30 | Boreth Ly : Le17 Avril 1975, diaspora et représentations dans l’art contemporain cambodgien.

16h30 - 17h00 | Projection : Pierre Bayard et Soko Phay, Vann Nath, le peintre-mémoire (2013).

17h00 - 18h00 | Discussion générale

Samedi 11 avril 2015

Matinée

Histoire et mémoire

Président de séance | Pierre Bayard Professeur à l’Université Paris 8

09h30 - 10h00 | Accueil

10h00 - 10h30 | Alain Forest : Le Cambodge protégé : les ambiguïtés d’une restauration.

10h30 - 11h00 | Suppya Hélène Nut : Phnom Penh : émergence des lieux de pouvoir et de mémoire.

11h00 - 11h15 | Pause café

11h15 - 11h45 | Clothilde Roullier : Les images dans le fonds Norodom Sihanouk conservé aux Archives nationales.

11h45 - 12h15 | Serge Rémy : La nouvelle architecture khmère 1955-1970. Esprit d’indépendance.

12h30 - 14h00 | Pause

Après-midi

Transmission

Président de séance | Michel Antelme Professeur à l’INALCO

14h00 - 14h30 | Sabine Bouckaert : Du « réel » à l’imaginaire, modalités de l’immobile mobile dans L’image manquante de Rithy Panh.

14h30 - 15h00 | Anne Guillou : Mémoire et système religieux au Cambodge.

15h00 - 15h30 | Pause

15h30 - 16h00 | Stéphanie Bopha Nann : La diaspora cambodgienne : s’adapter « ailleurs ».

16h00 - 16h30 | Khatharya Um : Passages inter-générationnels de la mémoire.

16h30 - 17h30 | Discussion générale

17h30 | Fin du colloque

Organisation

Soko Phay (Université Paris 8/EHESS), Patrick Nardin (Université Paris 8) et

Suppya Hélène Nut (Université de Cologne/INALCO).

Cette manifestation est organisée conjointement par l’Université Paris 8 et les Archives nationales avec le soutien du Labex Arts H2H, de l’Université Paris-Lumières et de l’équipe EPHA du Laboratoire “Arts des images et art contemporain” (AIAC).

Le colloque Images du Cambodge : mythe, histoire et mémoire bénéficie d’une aide de l’ANR au titre du programme Investissements d’avenir (ANR-10-labx01-80-01)

Journée d’études, "Attention(s) aux internautes", Paris, 11 mai 2015

Journée co-organisée par le projet Web90 (ANR-14-CE29-0012-01), l’ANR ENEID,

les séminaires "Identités numériques" et "Histoires de l’Internet" du pôle Trajectoires du numériques de l’ISCC.

Cette journée souhaite interroger les évolutions qui ont traversé le Web, ses usages et ses acteurs depuis les années 1990 autour de la thématique de l’attention. Du nommage au profilage, des compteurs et premières bannières à une véritable économie de l’attention et de la recommandation, des premières interfaces Web au développement du Web Design, des identités numériques en gestation jusqu’aux identités post-mortem, nous analyserons l’évolution de l’attention portée aux internautes, à leurs identités, à leurs expressions numériques et celle que l’on cherche à susciter de leur part. Plusieurs dimensions seront prises en compte et croisées qu’elles soient techniques, sociales, économiques, politiques, juridiques, éthiques ou encore cognitives.

Programme de la journée

9.00 - Accueil

9.15 - Introduction

Valérie Schafer (Institut des sciences de la communication, CNRS/Paris-Sorbonne/UPMC)

9.30-11.00 - Session 1- Wanted ! Noms, pseudos, profils et présentation de soi dans les interactions en ligne

Présidente : Louise Merzeau (Maître de conférence HDR, Dicen-IDF, Université Paris Ouest Nanterre La Défense)

Interventions :

La construction de l’identité en ligne : enjeux et limites

Michel Marcoccia (Maître de Conférence, Equipe Tech-CICO, Université de technologie de Troyes, CNRS)

Pour une analyse critique de l’apparition de la catégorie de “profil” sur le premier Web

Haud Gueguen (Dicen-IDF, Cnam) et Camille Paloque-Berges (Dicen-IDF, Cnam et HT2S, Cnam)

11.00 - Pause

11.15-12.45 - Session 2 - Traces à long terme

Président : Alexandre Coutant (Maître de conférence, ELLIAD, Université de Franche-Comté et chercheur associé à l’ISCC)

Interventions :

L’hommage numérique aux défunts en France et en Chine : l’exemple croisé de Facebook et Weibo

Virginie Julliard (Maître de conférences à l’Université de Technologie de Compiègne, laboratoire COSTECH) et Fanny Georges (Maître de conférences à l’Université de la Sorbonne Nouvelle, laboratoire CIM, chercheure associée à l’ISCC).

Le Quantified Self, entre attention à soi et attention d’autrui : la confrontation aux traces numériques en contexte de santé

Éric Dagiral (Maître de conférences à l’Université Paris Descartes, laboratoire CERLIS)

12.45 – 14.15 - Déjeuner libre

14.15-15.45 - Session 3 - Économie de l’attention

Président : Thomas Stenger (Maître de conférence, CEREGE, IAE de Poitiers et chercheur associé à l’ISCC)

Interventions :

De l’économie de l’attention au capitalisme de l’attention

Emmanuel Kessous (Professeur de Sociologie, Université de Sophia-Antipolis)

Captation et valorisation de l’attention sur le web : une diversification de l’économie des médias ?

Kevin Mellet (Chercheur au laboratoire SENSE d’Orange Labs et chercheur associé au CSI, Mines ParisTech)

15.45 - Pause

16.00-17.30 - Session 4 - Design et interfaces de l’attention

Président : Benjamin Thierry (IRICE, Université Paris-Sorbonne)

« Les dispositifs de notification et l’organisation d’écologies de l’attention », Christian Licoppe (professeur de sociologie des technologies de l’information et de la communication, Télécom ParisTech)

“A roadmap of attention studies”, Claudia Roda (Professor of computer science, Dean of assessment, learning and institutional research, American University of Paris)

Colloque, "Démocratie Mise à jour", 9 avril, 14h, Palais Bourbon

Programme :

14h : Accueil et ouverture des échanges par Laure de la Raudière, députée d’Eure-et-Loir, Guillaume Buffet, président de Renaissance numérique, Thierry Pech, directeur général de Terra Nova et Laurent Bigorgne, directeur de l’Institut Montaigne.

14h30 - 16h00 : Table ronde #1 « La transparence : diktat ou opportunité pour la politique à l’ère du numérique ? »

Animée par Thierry Pech, directeur général de Terra Nova

Samuel Laurent, journaliste, responsable de la rubrique « Les décodeurs », LeMonde.fr

Daniel Lebègue, président de Transparency International

Laure (...) Lire la suite

Conférence "La déportation, du témoignage au récit mémoriel", Mémorial de Caen, 1er avril 2015

Dans le cadre des cérémonies du 70e anniversaire de la découverte des camps d’extermination et de concentration nazis, au-delà des rencontres avec des témoins, il nous a paru important de nous intéresser à la manière dont les rescapés ont surmonté le traumatisme de l’enfer des camps. Ainsi que la façon dont a été perçu, au fil des soixante dix années écoulées, le témoignage des Déportés. D’une quasi indifférence générale au récit de leur souffrance lors de leur retour des camps en 1945, comment en sommes-nous arrivés à la notion omniprésente du "devoir de mémoire" ? Quelle a été la place de la Shoah dans les programmes scolaires en Europe ? D’un pays à l’autre, la mémoire collective a-t-elle donné la même importance à la Déportation ? A partir de quand la distinction est-elle faite entre les catégories de Déportés ? Parallèlement à l’importance prise dans la mémoire collective, comment s’est construit le discours de négation du génocide ? Ce sont à ces questions que les historiens présents apporteront des réponses.

14h - 14h30

"Travailler pour se reconstruire ? La réinsertion professionnelle des rescapés juifs des camps (France, 1945-1948)" par Laure Fourtage, doctorante en histoire contemporaine à l’Université Paris I.

14h30 - 14h45

Discussion

14h45 - 15h15

"Impact et limites de la photographie dans le contexte de la découverte des camps" par Marie-Anne Matard-Bonucci, professeur d’histoire contemporaine à Paris 8 et membre de l’Institut universitaire de France.

15h15 - 15h30

Discussion

15h30 - 16h

"L’écriture de l’histoire de la Shoah dans les manuels scolaires européens de 1945 à nos jours" par Jean-Baptiste Pattier, historien et journaliste à France Télévision, auteur de Vérités officielles. Comment s’écrit l’histoire de la Seconde Guerre mondiale (Vendémiaire, 2013).

16h - 16h15

Discussion

16h15 - 16h45

"Devoir de mémoire : analyse historique d’un référent social" par Sébastien Ledoux, auteur d’une thèse intitulée Le temps du "devoir de mémoire", des années 1970 à nos jours (à paraître) soutenue à Paris 1/ Centre d’histoire sociale du XXe siècle.

16h45 - 17h15

"Comment et par qui s’est construit le discours négationniste ?" par Valérie Igounet, historienne, chercheuse associée à l’IHTP (CNRS), auteur d’une thèse sur le négationnisme publiée sous le titre Histoire du négationnisme en France (Seuil, 2000).

17h15 - 17h30

Discussion

Colloque ""Images d’armées : cent ans de cinéma et de photographie militaires (1915-2015)", Paris, 27-28 mars 2015

Ce colloque co-organisé par le laboratoire Communication & Politique, l’Établissement de communication et de production audiovisuelle de la Défense (ECPAD) et la Direction de la mémoire, du patrimoine et des archives (DMPA)

propose de mettre en valeur et d’interroger l’histoire et les sources visuelles ou archivistiques du cinéma et de la photographie aux armées depuis leur apparition en France en 1915 jusqu’aux engagements les plus récents.

Pour connaitre le programme et vous inscrire : http://ida2015.sciencesconf.org/

... | < 23 | 24 | 25 | 26 | 27 | 28 | 29 | 30 | 31 |> |...