Accueil du site > Le Temps des Médias > Tous les numéros > 24 - À table !

Numéro 24 - À table !

Quelles sont les formes médiatiques du discours gastronomique ? Comment parle-ton de nourriture, d’alimentation ou de cuisine ? Comment se structure la médiation entre les producteurs, les chefs cuisiniers, les critiques gastronomiques, les publicitaires, etc. et les différents publics de consommateurs, ou même parfois simplement les amateurs de littérature gastronomique ? Quels effets le discours induit-il sur les pratiques gastronomiques ? Ce dossier du Temps des médias consacré à la gastronomie part du postulat que ce domaine comporte de nombreuses spécificités en raison de ses dimensions anthropologiques, de sa nature ambivalente entre plaisirs et nécessités, et des importantes différences culturelles, réelles ou imaginées, de sa conception à travers le monde. La dimension historique est ici une donnée fondamentale pour analyser au mieux médias et médiations gastronomiques.

Dossier coordonné par Françoise Hache-Bissette et Denis Saillard.
n° 24, Printemps-Été 2015.


Sommaire

Dossier : À table

  • Françoise Hache-Bissette et Denis Saillard - Présentation

  • Priscilla Parkhurst Ferguson - Médiatiser la France culinaire : identité, institutions, idéologie

    La France a élaboré son identité de pays de bonne chère avec force renforts d’idéologie et d’institutions. Bien que la revendication de la supériorité de la cuisine française remonte au XVIIe siècle l’autorité de cette France culinaire se développe surtout au XIXe siècle, par le système culinaire de Carême, la critique gastronomique de Grimod de la Reynière, et l’analyse de Brillat- Savarin. Le restaurant, dont le grand essor date du XIXe siècle, donne des assises institutionnelles à la gastronomie d’en France et la propage de par le monde. L’ère moderne mise toujours sur la gastronomie comme valeur identitaire, soutenue par des institutions telles les concours (les MOF, le Bocuse d’or) et par les productions (...)

    >> Lire la totalité de l'article
  • Sidonie Naulin - Les médias et la constitution d’un « monde de la gastronomie  » (1870-1940)

    La fin du XIXe siècle et l’entre-deuxguerres constituent une période structurante dans l’histoire des médias gastronomiques français. Elle voit l’institutionnalisation d’un modèle d’analyse du monde gastronomique (le guide) et d’un type de discours particulier (la chronique nostalgique nationaliste) qui imprègnent durablement l’univers gastronomique. À partir de travaux historiques et sociologiques, cet article met au jour la manière dont le discours des médias gastronomiques a contribué à la structuration d’un « monde de la gastronomie ». Au début du XXe siècle, les guides, les revues et les rubriques gastronomiques nés à la fin du siècle précédent se multiplient et gagnent en visibilité. Bien que toujours (...)

    >> Lire la totalité de l'article
  • Denis Saillard - Chefs contre gastronomes. Histoire d’une défaite médiatique (1880-1940)

    Alors que la littérature gastronomique du XIXe siècle avait mis en valeur la cuisine et les chefs, un antagonisme se développe dans les années 20, entre les publicistes gastronomes, au premier rang desquels Curnonsky, et plusieurs membres influents de la Société des cuisiniers de Paris, Prosper Montagné et Philéas Gilbert notamment. Une bataille entre les deux groupes éclate dans la presse. Les gastronomes l’emportent dans les années 30. Les chefs avaient bien commencé à investir la sphère médiatique dans les décennies précédant la Première Guerre mondiale mais, après 1918, ils appréhendent mal la mode de la cuisine régionaliste tandis que les clubs de gastronomes se multiplient dans toute la France. La (...)

    >> Lire la totalité de l'article
  • Patrick Rambourg - « Chez Mercier  » : les menus-cartes d’un restaurant parisien de 1933 à1971

    Cette étude s’appuie sur un exceptionnel fonds de menus-cartes d’un restaurant parisien couvrant cinq décennies, du milieu des années 1930 au début des années 1970, à une époque où Paris est la référence gastronomique. Elle montre à la fois la continuité culinaire d’un établissement que l’on appréciait pour sa cuisine bourgeoise, la lente évolution du goût, et la médiation des menus de restaurant. C’est en effet à partir de la carte des plats tarifés que le client choisit les mets qu’il consommera. D’où l’attention que le restaurateur portera à sa rédaction et à sa présentation. Le jeu des écritures, des couleurs employées, les thèmes des illustrations, mais aussi les appellations et les plats proposés, sont un (...)

    >> Lire la totalité de l'article
  • Olivier Londeix - L’évolution de la médiation publicitaire des firmes alimentaires françaises au XXe siècle

    Quels sont les enjeux de la publicité dans le domaine de la commercialisation des biens de consommation alimentaires ? Quel rapport existe-t-il entre publicité et modes de commercialisation ? Des années 1880 aux années 1930, c’est le temps des innovations de produits et de procédés, du développement des marques ainsi que de la « fabrique » du consommateur. Puis l’unification du marché national (années 30- années 60) oblige à revoir les stratégies marketing. La saturation du marché au cours des dernières décennies aboutit à sa segmentation, les marques tentant, à « l’ère de la communication », de débanaliser leurs produits, de leur donner un « supplément d’âme », alors que les grandes surfaces s’emparent d’une (...)

    >> Lire la totalité de l'article
  • Françoise Hache-Bissette - L’évolution du livre de cuisine : du livre pratique au beau-livre

    Bien qu’il évolue dans un univers très concurrentiel, le livre de cuisine est l’un des secteurs les plus dynamiques de l’édition française. La production a explosé depuis une vingtaine d’années. Le secret réside peut-être dans la capacité d’adaptation d’éditeurs particulièrement créatifs, qui ont su appliquer toutes les recettes du marketing : travail permanent sur le produit pour l’adapter aux tendances, réédition des classiques du fonds, recherche de nouveaux auteurs médiatiques, exploration de niches, segmentation du lectorat, baisse des prix, diversification des modes de distribution et collaboration étroite avec les autres médias : presse magazine, télévision, cinéma et web. Initialement dévolus à la (...)

    >> Lire la totalité de l'article
  • Eva Coydon - Les auteures allemandes de livres de cuisine (1800-1914)

    Dès les premières publications de livres de recettes au sein de l’espace allemand, des femmes figurent parmi les auteurs et leur proportion augmente de façon significative au fil du XIXe siècle. Avec la prise de pouvoir de la bourgeoisie dans la société, en particulier dans les villes, une image idéalisée de la famille, attribuant aux femmes la responsabilité de la sphère privée, se constitue et est communiquée entre autres à travers certains livres de cuisine et de ménage. Ces livres sont majoritairement écrits par des femmes pour un public féminin. Ils transmettent une certaine conception de la cuisine bourgeoise : à la fois créative et de bon goût, elle doit être économique et saine, ce qui développe (...)

    >> Lire la totalité de l'article
  • Faustine Régnier - Comment la diététique est devenue gastronomique dans la presse féminine française et américaine (1934-2010)

    Dans une perspective diachronique, l’article examine comment s’articulent diététique et gastronomie à partir d’un corpus de conseils d’économie domestique, issu de la presse féminine française et américaine (Modes et Travaux et Good Housekeeping) entre 1934 et 2010. Partant d’un examen de la place tenue par la gastronomie et ses expressions en France et aux Etats-Unis, l’article met en lumière différents facteurs explicatifs historiques du point de vue de l’histoire de la gastronomie d’un côté, et de la nutrition de l’autre. Il fait également apparaître comment l’on assiste, au fil des décennies, à la création d’une gastronomie de la diététique, cette dernière venant réguler et mettre en ordre les plaisirs de (...)

    >> Lire la totalité de l'article
  • Priscilla Plamondon-Lalancette - Le nouveau visage culinaire du Québec

    La gastronomie française régna au Québec durant près de quatre siècles avant d’être détrônée par la gastronomie québécoise. Ce changement de culture s’amorça avec la « Révolution tranquille » et l’Exposition universelle de Montréal en 1967. La construction d’une nouvelle identité nationale québécoise passa alors par l’affirmation des différences historiques, culturelles, linguistiques et politiques du seul bastion francophone d’Amérique, y compris sa gastronomie. Or, comme les Québécois ne sont ni Français, ni totalement Canadiens, ils durent relever un double défi d’émancipation en s’inspirant d’abord de la cuisine française pour se différencier de la cuisine canadienne à saveur plus britannique et américaine, puis (...)

    >> Lire la totalité de l'article
  • Evelyne Cohen - Les émissions culinaires àla télévision française (1954-2015)

    La télévision française a mis en oeuvre des programmes culinaires réguliers dès 1954. Les émissions culinaires ont d’abord été des émissions d’apprentissage, de démocratisation de l’« art » culinaire ; elles se sont ensuite adaptées aux évolutions du monde contemporain : au goût pour le patrimoine régional auquel la cuisine appartient, à celui des femmes modernes soucieuses de cuisine légère et rapide. Depuis les années 2000 elles sont l’occasion de récits autour de la cuisine et des territoires mais la cuisine a également envahi des émissions de jeu et de téléréalité, divertissement dans lesquelles elle sert de faire-valoir à des chefs étoilés comme à de jeunes chefs en quête de reconnaissance culinaire et (...)

    >> Lire la totalité de l'article
  • Olivier Roger - Enseignement pratique, divertissement et invitation au rêve dans les émissions culinaires télévisées en France, années 1990 et 2000

    Dans les années 1990 et 2000, la diversification du format des émissions de cuisine en France a montré que la manière dont elles mettent en scène des recettes de cuisine traduit le mode sur lequel elles s’adressent à leur public. Selon qu’elles présentent une tonalité démonstrative ou inscrivent la préparation d’un plat dans un scénario réel ou fictif, les émissions de recettes déterminent une appropriation différente du savoir culinaire par les téléspectateurs. Entre l’ambition pédagogique visant à transmettre la technique culinaire, l’attention portée au divertissement et la construction d’une image « pornographique » de la cuisine, les trois programmes qui sont analysés font appel à un ensemble complexe de (...)

    >> Lire la totalité de l'article

Territoires d’études

Entretiens

Recherche - Actualités

Parutions

  • Parutions

Le Point sur...

  • Céline Clouet - Panorama des fonds gourmands dans les bibliothèques patrimoniales françaises

    Les bibliothèques inventent des outils originaux et performants de transmission de notre patrimoine gastronomique. Qu’il s’agisse de lieux culturels dédiés entièrement, ou partiellement aux patrimoines culinaires, les bibliothèques gourmandes offrent ainsi un panorama exceptionnel à travers neuf siècles d’histoire, où se mêlent partage des mots et des mets. Parmi celles-ci, sept bibliothèques patrimoniales nous propose un parcours inédit à travers leur collection : la Bibliothèque nationale de France (sites Tolbiac et l’Arsenal), la bibliothèque de l’Institut National de l’Audiovisuel, la bibliothèque historique de la Ville de Paris, Forney, la bibliothèque des Arts décoratifs, et la bibliothèque (...)

    >> Lire la totalité de l'article

Chronique Passé-Présent