Accueil du site > Le Temps des Médias > Index des auteurs > Jamil DAKHLIA

Jamil DAKHLIA

Positions de thèses

Le Temps des médias n° 32, Printemps 2019, p. 247-256.

Coordination : Jamil Dakhlia Jessica Kohn, « Travailler dans les Petits Mickeys » : les dessinateurs-illustrateurs en France et en Belgique de 1945 à 1968, Université de la Sorbonne Nouvelle – Paris 3 (dir. Laurent Martin et Jean-Paul Gabilliet), 11 juin 2018. Jean-Sébastien Barbeau, La production des blogs journalistiques sur les sites web des quotidiens nationaux français et québécois, (...)

>> Lire la totalité de l'article

Présentation : Afrique(s), les médias entre histoire et mémoires

Le Temps des médias n° 26, Printemps 2016, p. 6-25.

Les polémiques récentes concernant l’histoire des relations entre la France et l’Afrique donnent le sentiment d’une visibilité croissante de ce type de débats au sein de l’espace public français. Qu’il s’agisse du combat mené par de nombreux intellectuels contre la vision de l’Afrique portée par le « discours de Dakar » (2007), des controverses qui ont entouré la loi de février 2005 sur le rôle positif de (...)

>> Lire la totalité de l'article

Présentation

Le Temps des médias n°19, Automne 2012, p. 5-11.

Quelle que soit l’époque, l’amour est pris dans un jeu d’oppositions, visant à faire le départ entre un amour juste et un amour répréhensible : l’Occident médiéval distingue par exemple amor, « passion sauvage, violente, condamnable » et caritas, « bon, bel amour […] qui signifiait le soin accordé au prochain, au pauvre, au malade », redoublant ainsi, peu ou prou, l’antagonisme entre éros d’une part, né du (...)

>> Lire la totalité de l'article

Séminaire

Le Temps des médias n°14, Printemps 2010, p. 260-261.

« La presse magazine, source et objet d’histoire », Centre d’Histoire de Sciences-Po

>> Lire la totalité de l'article

La représentation politique à l’épreuve du people : élus, médias et peopolisation en France dans les années 2000

Le Temps des médias n°10, printemps 2008, p.66-81

En quoi la peopolisation de la vie politique rompt-elle, dans les années 2000, avec la personnalisation du pouvoir inhérente à la Ve République ? Marque-t-elle la fin de l’« exception française » d’opacité de la vie privée des élus ? Un retour sur le traitement médiatique des principales « affaires » de la peopolisation permet de mesurer l’originalité du phénomène et de cerner les déplacements qu’il implique entre magazines people, classe politique, et journalisme « de qualité ». L’initiative de la vedettisation et de l’exhibition de l’intimité revient presque toujours aux médias généralistes ou aux responsables politiques eux-mêmes. Plus que le moteur, la presse échotière constitue une matrice de la peopolisation, mobilisant une approche essentiellement esthétique de la représentation politique.

>> Acheter cet article sur CAIRN

Peopolisation et politique

Le Temps des médias n°10, printemps 2008, p.8-12

Il en est ainsi : la communauté scientifique française tarde aujourd'hui encore à se pencher sur les relations entre people et politique, alors que des travaux sur la « tabloà¯disation », la Celebrity Politics ou les rapports entre vie privée et image publique s'épanouissent depuis plus d'une décennie aux États-Unis, en Grande-Bretagne ou en Allemagne. Cette réticence provient d'abord, (...)

>> Lire la totalité de l'article
Abonnement_Temps_des_medias