Accueil du site > Le Temps des Médias > Index des auteurs > Gilles FEYEL

Gilles FEYEL

Hommage à Pierre Albert

Le Temps des médias n° 32, Printemps 2019, p. 5-8.

Pierre Albert (1930-2018) nous a quittés très discrètement le 10 octobre dernier, nous laissant tous un peu orphelins, après une longue vie tout entière consacrée à l’histoire des médias. Il est inutile de rappeler ici sa carrière universitaire, ni tout ce que l’Institut Français de Presse de l’Université Panthéon-Assas Paris 2 lui doit. Qu’il me soit seulement permis de rappeler ici notre amitié et combien (...)

>> Lire la totalité de l'article

Parutions

Le Temps des médias n°9, automne 2007, p.233-240

Médiatisation Daniel Bougnoux, La Crise de la représentation, Paris, La découverte, 183 p., 2006 L'accès au symbolique étant le propre de l'homme : qu'implique et laisse présager une crise de la représentation ? Témoin érudit des mutations du vingtième siècle, Daniel Bougnoux, philosophe et professeur émérite à l'Université Stendhal de Grenoble s'empare de la question dans son dernier (...)

>> Lire la totalité de l'article

Recherche – Actualités

Le Temps des médias n°7, automne 2006, p.243-262

Soutenances Audrey Bonnéry, La France de la BBC, 1938-1944, thèse de doctorat en histoire (dir. Serge Wolikow), Université de Bourgogne, 15 décembre 2005 Travaillant à partir de nombreuses sources anglaises (en anglais bien évidemment), les archives de la BBC (mais le jury souligne qu'il aurait fallu préciser la différence entre les scripts sur microfilms et les enregistrements sonores), celles (...)

>> Lire la totalité de l'article

Parutions

Le Temps des médias n°7, automne 2006, p.263-283

Images Eric Van Essche (dir.), Le Sens de l'indécence. La question de la censure des images à l'âge contemporain, Bruxelles, La Lettre volée, 2005, 153 p. Les 19 et 20 novembre 2004, l'Institut supérieur pour l'étude du langage plastique (ISELP) réunissait des chercheurs et des artistes pour une réflexion collective sur le thème de la censure des images à l'époque contemporaine. (...)

>> Lire la totalité de l'article

Parutions

Le Temps des médias n°6, printemps 2006, p.227-254

Histoire de la presse Jean-Pierre Bacot, La presse illustrée au xixe siècle. Une histoire oubliée, Limoges, PULIM, 2005, 237 p., 28 euros Voici un ouvrage utile, présentant la naissance et l'évolution de la presse illustrée au xixe siècle, à l'exclusion des feuilles satiriques, fort nombreuses à l'époque. Cette histoire se veut volontairement transnationale, ce dont il faut féliciter (...)

>> Lire la totalité de l'article

Le coût de la presse quotidienne parisienne (1800-1844)

Le Temps des médias n°6, printemps 2006, p.9-21

Pour connaître les coûts de la presse quotidienne en France dans la première moitié du xixe siècle, il était nécessaire de réexaminer les calculs trop simples de Girardin dans son prospectus du quotidien La Presse, en 1836, en réinterprétant les sources disponibles (frais du Journal de Paris en 1811 et du Journal des débats en 1814, calculs du comte Roederer en 1817-1818, frais du Constitutionnel en 1826, bilans financiers du Siècle en 1839 et 1841). Ce que l’on connaît désormais de l’énorme travail de bureau provoqué par la gestion des abonnés et de l’imprimerie de presse, en un temps où le tirage se mécanise, alors que la composition reste manuelle, sans le secours de la stéréotypie, tout cela conduit à proposer une modélisation nouvelle des frais annuels de rédaction, d’administration et de fabrication des quotidiens parisiens entre 1800 et 1844.

>> Acheter cet article sur CAIRN

Parutions

Le Temps des médias n°5, automne 2005, p.219-246

Presse écrite Gérard Bonet, L'Indépendant des Pyrénées-Orientales. Un siècle d'histoire d'un quotidien, 1846-1950. L'entreprise, le journal, la politique, Perpignan, Publications de l'Olivier, 2004, 764 p., 37 euros Avec ce livre important, Gérard Bonet achève de nous donner une histoire qu'il avait débutée dans un premier ouvrage, L'Indépendant des Pyrénées-Orientales. Un (...)

>> Lire la totalité de l'article

Parutions

Le Temps des médias n°3, printemps 2004, p.223-247.

Public Les sens du public. Publics politiques, publics médiatiques, sous la direction de Daniel Cefa௠et Dominique Pasquier, Paris, PUF (publication du CURAPP et du CEMS), 2003,528p., 24 euros Fruit des recherches menées au sein de deux séminaires de l'EHESS aux thèmes croisés : Sociologie des médias : recherches anthropologiques sur les publics, pour l'un, Qu'est-ce que le public ? (...)

>> Lire la totalité de l'article

Parutions

Le Temps des médias n°2, printemps 2004, p.251-268

Images Annie Renonciat (dir.), L'image pour enfants : pratiques, normes, discours (France et pays francophones, XVIe-XXe siècles), Poitiers, La Licorne, 2003, 270 p., 22,50 euros Comme objet d'étude scientifique, l'illustration pour la jeunesse est souvent tributaire d'une approche esthétique. Le colloque organisé par le Centre de l'écriture et de l'image de (...)

>> Lire la totalité de l'article

Renaudot et les lecteurs de la Gazette, les « mystères de l’État » et la « voix publique », au cours des années 1630

Le Temps des médias n°2, printemps 2004, p.163-175

Alors que les historiens médiévistes mettent en évidence les expressions d’une véritable opinion publique au temps des rois Valois, faut-il continuer à refuser son existence au cours des années 1630 ? En ce premier xviie siècle, les « mystères de l’àtat » n’empêchent pas les bons esprits de s’interroger sur les « affaires du temps », même s’il est peu convenable d’en débattre en public. Après les guerres de religion, l’àtat se réserverait la scène publique où il interdirait tout débat politique, mais laisserait les « particuliers » libres de tout jugement dans la seule sphère privée de leurs cabinets. Cette répartition des rôles est encore mal observée, si l’on en juge à la querelle littéraire du Cid, une querelle de particuliers envahissant l’espace public, pris à témoin. Les différentes préfaces de Renaudot montrent qu’il a parfaitement saisi la scission public/particulier. Mais la Gazette, intégrée dans l’espace public, lue tout autant dans cet espace que dans l’espace privé, s’adresse à un lecteur capable de « jugements » et de « censures », c’est-à -dire d’appréciations critiques et sur le travail du gazetier et sur les actions des rois et des princes. Cette diversité de jugements individuels qui finissent par s’additionner, contribue à la formation de la « voix publique », de l’« opinion commune ».

>> Lire la totalité de l'article
1 | 2
Abonnement_Temps_des_medias